Mensa fête son soixante-dixième anniversaire Mensa, l’association dont les membres ont le QI se situant dans les deux pour cent supérieurs de la population, fête cette année son soixante-dixième anniversaire.
L’association rassemble actuellement 133 000 Mensans vivant dans quelque 100 pays à travers le monde. Mensa offre à ses membres un environnement agréable et enthousiasmant, les encourageant à participer à un large éventail d’activités sociales et culturelles. Mensa se déclare apolitique et sans aucune distinction raciale, sociale ni religieuse.
Il était une fois…
L’histoire de Mensa a débuté dans les années 1940. L’idée des trois fondateurs (Roland Merrill, avocat, Dr Lance Ware, scientifique et avocat, et Sir Cyril Burt, professeur de psychologie) était de créer une communauté pour les personnes particulièrement intelligentes, le seul critère pour être membre étant d’avoir un QI élevé. La première brochure fut imprimée le 1er octobre 1946 à Oxford, en Angleterre, et cette date marque la fondation officielle de Mensa. Au cours de ses soixante-dix années d’histoire, Mensa a vécu des transformations profondes et est devenue une communauté internationale animée et façonnée par la diversité de ses membres.
Étapes centrales de la transformation et de la croissance de Mensa
Le nom « Mensa » lui-même vient du mot latin qui signifie « table », qui est l’un des premiers mots enseignés lorsque l’on apprend le latin. Il désigne la table ronde autour de laquelle tous sont égaux, et « mensa » rappelle aussi la locution « mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain).
Cependant, à l’origine, Mensa était destinée à être une communauté « aristocratique », avec un nombre de membres limité, qui évitait toute publicité et travaillait comme comité consultatif pour le gouvernement, lui donnant des conseils éclairés et impartiaux.
Mais cette voie s’est révélée sans issue, et une nouvelle ère commença avec la désignation de Victor Serebriakoff comme Secrétaire en 1953, une ère de croissance et d’expansion. Le projet de Serebriakoff était de faire de Mensa un forum pour exprimer ses opinions et débattre ; il a également déclaré qu’en tant qu’organisation, Mensa ne devrait avoir aucun engagement politique, idéologique, religieux ou national et ne devrait favoriser aucune origine ou classe sociale.
Grâce à des campagnes et à une communication actives, le nombre de candidats aux tests a rapidement augmenté et le nombre de membres a ainsi grimpé durant la deuxième moitié des années 1950.
L’année 1960 fut une étape importante de l’histoire de Mensa, car elle a marqué le début de l’internationalisation de la société. En 1966, la Mensa américaine était devenue la plus importante des organisations internationales de l’association ; et elle l’est encore aujourd’hui. Les principes et la structure de Mensa International furent définis, avec pour objectif principal de soutenir la fondation et le fonctionnement des Mensas nationales, sans intervenir dans leurs activités locales.
Les Mensas nationales sont donc en grande partie indépendantes, mais leurs activités doivent respecter la constitution de Mensa et les règles de Mensa International, conformément aux décisions du Comité international des directeurs. La rédaction de la constitution de Mensa International et les premières élections internationales eurent lieu en 1964.
Mensa est gérée par des directeurs élus, tous bénévoles ; aucun membre de son Comité exécutif (ExComm) ne reçoit de compensation financière pour son travail. Mensa International est actuellement présidée par Bibiána Balanyi (42 ans). Elle est la première directrice venant d’une « petite » organisation nationale et la plus jeune à occuper cette fonction.
Il existe des organisations Mensa actives dans plus de quarante pays et sur tous les continents sauf l’Antarctique, et la liste des pays ne cesse de s’allonger. En comparaison avec 2006, l’année où Mensa fêtait son soixantième anniversaire, près de 30 000 membres ont rejoint l’association ; cela représente une croissance de 27 % ces dix dernières années, et Mensa compte plus de 133 000 membres à l’heure actuelle. Mensa France a été fondée en 1965 et compte en 2016 un peu plus de 2 600 membres.
Les avantages d’être un Mensan
Vue de l’extérieur, Mensa peut passer pour un club fermé, voire élitiste. En réalité, c’est une communauté ouverte, diverse et colorée dont les membres viennent de tous les milieux, sans autres caractéristiques dominantes que de posséder un QI élevé. En termes de niveau d’études, l’association regroupe aussi bien des élèves de maternelle, que des personnes ayant décroché au lycée ou des détenteurs de plusieurs doctorats.
Certains Mensans vivent grâce aux aides sociales, alors que d’autres sont millionnaires. Si l’on considère maintenant leurs métiers, la diversité est époustouflante. Mensa rassemble des professeurs, des chauffeurs routiers, des scientifiques, des pompiers, des programmeurs informatiques, des fermiers, des artistes, des militaires, des musiciens, des ouvriers, des policiers, des souffleurs de verre ; et la liste est longue.
Mensa France compte 39 % de femmes, contre 61 % d’hommes. Les membres ont de 5 à 95 ans, la majorité se situant entre 25 et 50 ans. Les membres sont répartis sur l’ensemble du territoire avec une forte concentration sur la région parisienne.
Les principales activitées organisées sont : Lud’été et Lud’hiver (camps de vacances), les conférences, les repas mensuels, les groupes d’intérêts spécifiques (débats et réflexions dans divers domaines : Philosophie, Afrique, Création artistique, Politique…), sorties sportives, scientifiques (astronomie par exemple), culturelles, l’orientation des parents d’enfants précoces vers des associations spécialisées, concours littéraire et photos en interne.
« Clairement, le plus grand avantage que prodigue Mensa est l’occasion de faire de nouvelles rencontres, d’établir des contacts et de profiter de la compagnie de nouveaux amis. Selon un sondage mené parmi ses membres, les trois notions associées à Mensa sont l’amitié, le sentiment d’être chez soi et la diversité. Pour certains Mensans, la communauté offre un sentiment d’appartenance, pour d’autres, c’est une activité sociale détendue, ou simplement une occasion de stimuler son esprit. L’intelligence est une langue commune et nous voulons que nos membres se sentent inspirés et connectés. »
À propos de Mensa
Mensa (signifiant « table » en latin) est une association basée sur le principe de table ronde autour de laquelle les personnes viennent discuter de sujets suscitant leur créativité, où la couleur de peau, la foi, la nationalité, l’âge, l’opinion politique, les études et l’origine sociale n’ont pas d’importance. Mensa regroupe plus de 133 000 membres au sein de nombreuses organisations nationales déclarées dans plus de quarante pays sur tous les continents sauf l’Antarctique.
Mensa a trois objectifs généraux :
(1) identifier et promouvoir l’intelligence humaine pour l’avancement de l’humanité
(2) encourager les recherches sur la nature, les caractéristiques et les usages de l’intelligence
(3) proposer des activités intellectuelles et sociales stimulantes pour ses membres. Mensa est ouverte aux personnes ayant obtenu un score situé dans les deux pour-cent supérieurs de la population générale à un test d’intelligence approuvé, correctement dirigé et supervisé.

Publicités