Recherche

Mensa Provence

Rejoignez-nous !

Mois

juin 2016

La Geôle : La solution d’un petit calcul de Dominique B

La réponse du calcul de la semaine passée par Dominique :

Si l’on repère toutes les lettres communes aux quatre prénoms, cela nous donne : J+E+A+N=20 (pour Jean) J+A+E= 19 (pour Jacques) A+N+T+A=17 (pour Anita) et J+N+N+A+A+T=? (pour Jonathan) . Les deux premiers prénoms ont 3 lettres en commun, ce qui nous permet de déduire la valeur du N de Jean, etc.

Donc, si J=9, E=6, A=4, N=1 et T=8 alors Jonathan a 9+1+1+4+4+8=27 ans.

Publicités

Vous rêvez d’un QI élevé pour votre ado

Une étude suédoise a analysé les valeurs de quotient intellectuel, les capacités d’expression et d’orientation spatiale de 3.972 Suédois de 15 ans en 2000, puis trois ans plus tard. Le résultat est implacable.

http://www.liberation.fr/sciences/2009/03/09/vous-revez-d-un-qi-eleve-pour-votre-ado-faites-lui-du-poisson_543774

Et si Mensa était une chanson ? Par Sonia de Mensa et d’Ile de France

Windmills of your mind

La chanson The Windmills of your mind a été reprise par à peu près tout le monde, dans tous les styles, plus ou moins rapide, plus ou moins dansant, parfois sec et nerveux, parfois plus tranquille. Il y a la version Dusty Springfied, celle de Petula Clark, une autre de Barbra Streisand, de Nana Mouskouri (étrangement pas la pire), Eva Mendes l’a interprétée pour une publicité pour un parfum… Et puis Sting, les Take 6, Tina Arena… Il en existe aussi une version française, Les Moulins de mon cœur (où on constate que le « ton esprit », « your mind », de la version originale devient « mon cœur » en français). Elle a été chantée par le compositeur de la chanson, Michel Legrand, ainsi que par Claude François, Louane, Patricia Kaas, Julia Migenes, Jessye Norman ou Céline Dion. Et puis des versions instrumentales, innombrables aussi.

Mais ma version préférée, de très loin, reste celle de l’interprète original, Noel Harrison. Elle a reçu l’Oscar de la meilleure chanson de film en 1969 pour L’Affaire Thomas Crown et c’est mérité. C’est tout simplement celle qui sert le mieux le texte, qui dit les paroles sans chercher à y rajouter quelque chose, la version qui comprend qu’on n’est pas là pour danser la bossa nova, ni pour s’écouter énumérer lentement une jolie suite de mots, mais pour traduire un tourbillon de pensées où on tombe « d’un creux vers une caverne où le soleil n’a jamais brillé », la sensation de tourner en rond « comme un cercle dans une spirale, comme une roue dans une roue », « comme les cercles que vous trouvez dans les moulins de votre esprit ». Il faut noter que « moulin » se comprend ici non pas tant comme le moulin à vent, mais comme la meule, l’engrenage, quelque chose qui tourne sans arrêt. Dès les premières notes de flûtes vient cette sensation de mouvement circulaire, ce qu’on ressent quand on est perdu dans ses pensées, quand on s’obsède pour quelque chose, « comme un tunnel que l’on suit vers un autre tunnel », et où tout son, toute image revient faire basculer dans un autre tourbillon qui ramène à  l’obsession première : les clés dans ta poche cliquettent comme les mots dans ta tête, les feuilles de l’automne prennent la couleur de ses cheveux…

J’aime particulièrement cette chanson parce qu’elle met en mots, avec une grande poésie, la manière dont je pense, avec beaucoup d’associations d’idées, un son qui rappelle un autre alors que d’autres personnes n’entendraient pas qu’ils se ressemblent, des visages qui reviennent à l’esprit sans qu’on sache exactement à qui ils appartiennent (j’ai parfois des images de souvenirs à moitié oubliés qui remontent dans mon esprit sans que je puisse l’expliquer), de la synesthésie (j’associe souvent certains de mes sens les uns aux autres, « comme les images sur le vent »), la manière dont je peux personnaliser un objet (« pourquoi l’été est-il parti si soudainement ? Est-ce à cause de quelque chose que tu as dit ? »)… Il m’arrive réellement d’avoir des moments de surchauffe mentale où toute tentative de me changer les idées me renvoie au sujet que je voudrais éviter. Bien sûr les paroles évoquent une rupture amoureuse, mais elles peuvent s’adapter à pas mal d’obsessions ou de sentiments de perte. La chanson ne me fait pas penser tant au film pour lequel elle a été écrite, L’Affaire Thomas Crown, que j’ai facilement oublié, qu’à L’Année derrière à Marienbad d’Alain Resnais, une œuvre qui semble se dérouler dans un présent continu, dont on pourrait presque inverser les séquences tant elles reprennent les mêmes éléments. Ce qui est aussi quelque chose que mes amis me font remarquer : comme j’ai une très bonne mémoire, j’ai la sensation de vivre dans un présent qui dure plus longtemps, que les événements ne s’éloignent pas, des choses qui sont passées il y a longtemps restent présentes dans mon esprit plus que pour la plupart des gens. Et le fait d’entendre la manière dont je pense dans une chanson a quelque chose de très agréable, l’idée qu’on peut faire quelque chose d’artistique de ce bouillonnement et de ces tourbillons.

La Geôle : un petit calcul de Dominique B

Voici l’énoncé du calcul :

question du 10 06 2016

 

La réponse la semaine prochaine sur le site de Mensa Provence.

à 10 ans, il était déjà l’Université. Aujourd’hui âgé de 26 ans, voici ce qu’il est devenu

Doté par la nature d’une intelligence bien au-dessus de la moyenne, Greg Smith a eu une enfance peu banale. Surdoué, ce petit garçon de 10 ans a eu l’opportunité d’intégrer l’Université à l’âge où ses autres camarades de classe jouaient encore dans la cour d’école.
Après avoir avalé tout le programme de l’école élémentaire en moins d’une année, Greg Smith a commencé son cursus universitaire où il a étudié les mathématiques, la physique et le français.
Aujourd’hui âgé de 26 ans, il se souvient de ces années pas comme les autres où il évoluait parmi des gens bien plus âgés que lui. « J’avais beaucoup d’amis à l’Université et je sortais avec pas mal de gens de ma classe. Nous avions des âges différents, mais nous aimions les mêmes choses comme le sport, sortir et prendre du bon temps », a confié le jeune homme lors de sa venue sur le plateau d’Oprah Winfrey. Après ses études, Greg Smith est devenu chercheur à la Icahn School of Medicine de Mount Sinai de New York où il étudie la stochastique des gènes. Désormais, il se consacre à la fabrication de médicaments destinés à vaincre le cancer.

En savoir plus : http://www.ohmymag.com/greg-smith/greg-smith-a-10-ans-il-etait-deja-l-039-universite-aujourd-039-hui-age-de-26-ans-voici-ce-qu-039-il-est-devenu_art97025.html

 

 

http://www.ohmymag.com/greg-smith/greg-smith-a-10-ans-il-etait-deja-l-039-universite-aujourd-039-hui-age-de-26-ans-voici-ce-qu-039-il-est-devenu_art97025.html

S’épanouir quand on est un adulte surdoué

Les personnes à haut potentiel vivent dans un monde qui leur est mal adapté.

Cette différence peut être source de souffrances, mais aussi, lorsqu’elle est reconnue, d’une immense créativité.

La suite ici :

Ouest_France_adultes_surdoues

planisphere.jpg

Adulte surdoué: et si vous l’étiez sans le savoir?

Qui dit surdoué ne dit pas forcément parcours brillant. De fait, nombreux sont les adultes, autrefois enfants intellectuellement précoces, à ignorer leurs capacités. Voici quelques repères pour se situer.

La suite ici

Mais que font-ils à Mensa ???

« Tout et rien »

(…) À Mensa, on fait tout et rien. D’une part en raison de ses statuts qui lui interdisent d’exprimer un avis collectif, d’autre part en raison de la très grande diversité de ses membres. Cette diversité est une force pour l’association, et il importe de la préserver.

Et de fait, les membres de Mensa font énormément de choses ensemble. Ils se rencontrent, débattent des sujets les plus divers, inventent, ont des discussions animées, apprennent, enseignent, lancent des entreprises, écrivent des livres, des scénarii, des programmes informatiques ou de télévision, développent des outils multimédia, voyagent, dansent, pratiquent la musique, escaladent des montagnes, courent des marathons, trouvent une épaule compatissante, rient souvent ensemble et sont capables des plus abominables calembours.

de ASA, 6/7/99

Source : http://www.mensa.fr/~aqi/que-faisons-nous/article/tout-et-rien

 

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑